Non classé

Analyse critique du livre de Alain lambert : la dette publique démocratie en danger / partie I

Alain Lambert, l’un des pères fondateurs de la LOLF et ancien ministre du budget, vient de publier son livre intitulé : déficit public démocratie en danger. Cette contribution vise à faire une analyse critique de la première partie du livre : la crise des finances publiques, une menace pour notre démocratie.

Trois points seront abordés : 1/ la situation de la dette, l’iniquité intergénerationnelle et la relation des finances publiques avec la démocratie.

Le poids de la dette n’a cessé de croitre au fil des années. Les différents gouvernements qui se sont succédés au pouvoir se sont tous accordés à activer le levier de la dette pour déployer les politiques publiques. quelques soit la période, la dette a connu une croissance soutenue et ininterrompue consacrant le mythe de la dépense dans la société française.

Le poids actuel de la dette et le remboursement de la charge de la dette avoisine le montant de l’investissement. cela met en péril l’équilibre intégénrationnel par le sacrifice des ressources actuels au remboursement d’une charge d’intérêt au dépens des intérêts des générations futurs. la cure d’économie sur les dépenses tant prodigués ne va pas sans conséquence sur le devenir des population futurs principalement les jeunes qui vont être priver de moyens que leurs homologues présents ont pu bénéficier. l’auteur est pour une charte des engagement des générations présentes sur les générations futurs en s’inspirant d’une convention prodiguée par l’UNESCO.

le risque de perte de liberté en évoquant le spectre de faillite de la greces qui a été démenée par une politique budgétaire expansionniste pendant des années laisse présager des scénarios sombres pour l’économie française, aussi confronté au même risque au vu de l’ampleur de la dette et des difficultés entrourant  sa soutenabilité à terme. la troïka, groupement d’institution financière internationale constituée pour instruire les mesures supposées redresser la situation dans son pays. il évoque la perte du pouvoir de la décision nationale par une fuite du centre de décision à l’étranger ôtant le pays de son droit le plus élémentaire de libre détermination. la démocratie et dette sont intimement liée et sans aucun doute pour les années à venir on ne peut porter soutien à la théorie si longtemps prônée par les protagoniste de l’interventionnisme de l’Etat par le biais du budget pour la stimulation de l’économie au risque de creuse un déficit qui imi fine est porteur de risque de restructure de la liberté et de la démocratie.

 

A propos de nouveauxinstrumentsfinanciersc

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Targetcashusa |
Hodgeswkiw |
Ooyoomole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jiayougo28
| Resorec
| Best replica rolex watches